Vers l’aperçu de la foire aux questions

Foire aux questions

Quelle quantité de denrées alimentaires est gaspillée par Migros?

Diverses études et organisations prétendent que près de 5% des déchets alimentaires suisses finissent dans les poubelles des commerces de détail. Sous le titre «Taste the waste», un film brossant un tableau dramatique de toute la problématique du gaspillage de denrées alimentaires a été diffusé, l'an dernier, dans les cinémas suisses et à la télévision. En outre, de plus en plus de chaînes de télévision se consacrent au thème du gaspillage de denrées alimentaires; ceci est, actuellement, en particulier de nouveau le cas dans différentes chaînes de télévision allemandes.

Migros (SM/HM et Gastro) a établi les chiffres concernant Migros (2014). Les chiffres prélevés révèlent sans ambiguïté que les efforts consentis par Migros pour ne pas gaspiller des denrées alimentaires sont récompensés: 98,6 pour cent des denrées alimentaires que Migros propose dans ses magasins et dans la gastronomie sont bel et bien utilisés en tant que denrées alimentaires: à des prix normaux ou à des prix réduits aux clients et collaborateurs ou remis gratuitement à des organisations à but non lucratif comme «Table couvre-toi» ou «Tables Suisses»!

Tout juste 1,4 pour cent seulement des denrées alimentaires proposées par Migros (magasins et gastronomie Migros) ne sont pas utilisées comme denrées alimentaires: sur ce pourcentage, 1,3% sert à la fabrication de nourriture pour les animaux (0,3%), de biogaz (0,9%) et de compost (0,1%).
0,1% seulement arrive en tant que déchets dans une usine d'incinération d'ordures ménagères (UIOM).

Ces chiffres sont valides aussi pour Migros Gastronomie, y compris Gourmessa et Catering. Les mesures prises pour minimiser le gaspillage sont les suivantes:

- les buffets sont adaptés en fonction du volume de clientèle respective et des conditions météorologiques,

- dans la gastronomie, l'on prend en considération les chiffres connus par expérience (volume de clientèle, jour de semaine, heure du jour, conditions météorologiques) et la production s'effectue en fonction de la demande escomptée,

- la disponibilité des menus n'est pas garantie (dans la limite du stock disponible).

- l'offre (take away, Gourmessa) est adaptée à la fréquentation et à l'heure du jour.
Mais la mesure la plus importante consiste en un approvisionnement optimal (quantité, moment, entreposage) des denrées alimentaires devant être traitées.

Thème Normes:

avec nos produits M-Budget (par exemple pommes ou carottes en sacs), nous proposons d'ores et déjà une marchandise qui, esthétiquement, n'est pas aussi uniformisée que les marchandises de 1ère classe. Quand des produits ne conviennent pas pour les machines de transformation en raison d'une taille ou d'une forme qui ne sont pas normales, nous ne pouvons pas les accepter. De plus, en ce qui concerne notre offre de fruits et de légumes en vrac, nous constatons régulièrement que les clients laissent de côté les exemplaires particulièrement petits ou gros. Il est fréquent que les clientes et les clients sélectionnent tout simplement les plus beaux exemplaires.

Date de péremption et datage:

selon l'étude Foodwaste, 20 pour cent des denrées alimentaires mis à la poubelle par les ménages sont imputables à une confusion en ce qui concerne les termes pour la datation de denrées alimentaires. Pour les délais de conservation, une distinction est faite entre la date de consommation «à consommer d'ici au» et la date de péremption «à consommer de préférence avant le».

Pour combattre le foodwaste, un groupe de travail analyse actuellement dans quelles conditions on peut proroger sans réserves la date de consommation pour les produits frais.
En prorogeant la date de péremption, on pourrait réduire le volume de denrées alimentaires que les consommatrices et les consommateurs mettent fréquemment de façon prématurée à la poubelle. Ce groupe de travail examine dans quelle mesure il est possible de mettre ceci en œuvre.
Fin 2012, des représentants des industries propres à Migros, des coopératives et de la Fédération des coopératives Migros ont procédé à de premières élucidations. A ce propos, une prorogation des dates de péremption de différents produits a été examinée.
Est-il même possible de mettre en œuvre une prorogation de la date de péremption dans certains domaines des denrées alimentaires?
Il n'y a pas de restrictions de principe. C'est pourquoi nous avons recherché des produits entrant en ligne de compte dans tous les domaines de la catégorie Fraîcheur. Nous avons déjà pu procéder à de premiers ajustements dans certains cas d'espèce, par exemple pour l'assortiment de fromage à pâte dure et de fromage à pâte semi-dure.

Mais les possibilités sont-elles vraiment aussi nombreuses que les spécialistes de la protection des consommateurs le prétendent péremptoirement lors des discussions?

Nous sommes prudents lors de l'évaluation du potentiel. Il y a une chose qu'il ne faut pas oublier lors de toutes ces discussions: nous avons aussi une responsabilité à l'égard des clients. La fraîcheur et, aussi, la qualité, ne doivent en aucun cas souffrir de ces mesures. Mais nous nous efforçons, dans la mesure du possible, de proroger les durées de conservation.
Les détracteurs vont demander avec un esprit critique: pourquoi une prorogation est-elle, soudain, possible alors qu'elle ne l'était pas auparavant?

De nouvelles techniques, par exemple pour l'emballage, sont susceptibles de contribuer à proroger la conservation sans aucun compromis en termes de qualité. Une logistique optimisée à titre supplémentaire ne proroge certes pas la conservation, mais les magasins et les clients ont, ainsi, les articles plus tôt dans les magasins. Ceci se traduit par une phase de mise en vente de plus longue durée, ce qui devrait permettre de réduire le «foodwaste» dont tout le monde parle.
Migros peut-elle faire cavalier seul pour une nouvelle réglementation sur la date de péremption?

Non, il faut pour cela une réglementation uniforme. D'éventuelles modifications ne peuvent être instaurées qu'en coopération avec d'autres partenaires – par exemple Coop. Mais nous faisons d'ores et déjà nos devoirs.