Foire aux questions

Avez-vous des questions concernant un produit ou un autre sujet?

Filtrer les annonces selon le sujet:

Réinitialiser le filtre

4 Résultats pour votre choix:

Développement durable

À Migros, plusieurs experts travaillent chaque jour à optimiser nos emballages et à tester des matériaux alternatifs. Le plastique est remplacé chaque fois que cela s’avère judicieux. Ainsi Migros a annoncé qu’elle doublerait la vente en vrac de produits biologiques cette année: à l’avenir, 6000 tonnes de fruits et de légumes bio seront proposées sans emballage.

Conformément à l’Ordonnance sur l’agriculture biologique, les produits bio doivent cependant toujours être séparés des produits conventionnels d’une manière clairement identifiable, c’est pourquoi aujourd’hui ils sont encore souvent emballés. Un simple étiquetage de l’étalage n’est pas suffisant. Selon les termes de l’Ordonnance sur l’agriculture biologique, il convient de s’assurer pour chaque article que le client sache s’il s’agit d’un produit conventionnel ou d’un produit bio. Dans un rayon de vente en vrac, cette directive est difficile à mettre en œuvre.

Par exemple Migros s’emploie constamment à identifier les autres produits pour lesquels il est possible de remplacer l’emballage sous film plastique par un autocollant. Les nectarines, melons, avocats et oranges bio ainsi que de nombreux autres fruits et légumes sont munis d’un autocollant ou d’une banderole. Ont récemment été ajoutés la courgette bio, le poireau bio et la patate douce bio. En outre, nous tatouons les fruits et légumes dans le respect total de l’environnement, à l’aide d’une technologie laser également appelée Natural Branding. Celle-ci nous permet de graver sur nos mangues et nos avocats le label Bio obligatoire.

Un fin film plastique est toutefois pertinent pour la protection du produit: un concombre non emballé n’est, par exemple, plus commercialisable après quelques jours, alors que 1,5 g d’emballage permet de le conserver frais environ 2 semaines. Un produit avarié en raison du manque d’emballage pollue davantage l’environnement que ne le ferait son emballage. Il convient d’éviter impérativement le gaspillage alimentaire, même en petites quantités.

Leur impact écologique étant relativement faible, nous ne voulons et ne pouvons pas bannir les sachets en plastique des rayons de fruits et légumes, ni interdire leur usage dans nos magasins. En outre, pour la majeure partie de notre clientèle, ces sachets très fins sont jugés indispensables pour pouvoir peser et transporter les fruits et légumes, et ils permettent d’éviter les préemballages nécessitant beaucoup de matériel. Néanmoins, le consommateur est bien entendu libre de son choix et peut s’abstenir de les utiliser.

Autre variante: nos «Veggie Bags». Un Veggie Bag est un sachet réutilisable à mailles fines que l’on peut utiliser dans les magasins Migros pour emballer les fruits et les légumes vendus en vrac.

Vous trouverez ici 6 conseils pour moins de sacs en plastique.

Migros attache une très grande importance à un recyclage de haut niveau et judicieux sur le plan écologique. Quand c’est judicieux sur le plan écologique et économiquement supportable, les matières premières doivent être recyclées et revenir dans le circuit des matériaux.

Pour différentes raisons, Migros n’est actuellement pas en mesure de proposer une reprise des emballages de boissons en carton (Tetra Pak): la valorisation des briques à boisson n’apporte qu’un faible bénéfice à l’environnement et occasionne des coûts supplémentaires très élevés. De plus, elles ne peuvent la plupart du temps pas être refermées, ce qui peut engendrer des problèmes d’hygiène et des mauvaises odeurs dans les magasins et les centrales de distribution. Autant de raisons qui ne plaident pas en faveur d’une collecte des briques à boisson dans les magasins Migros.

Étant donné que l’intérieur de ces briques en carton comporte une couche d’aluminium et de plastique, on ne peut pas les remettre à la collecte de carton. Même si les emballages de boissons en carton sont éliminés avec les ordures ménagères et incinérés, leur charge environnementale globale peut être considérée comme positive. Le carton est produit à base de matières premières renouvelables. De plus, le but de Migros est de s’approvisionner en emballages produits avec du bois de qualité FSC.

Néanmoins, Migros ne refuse pas de façon catégorique la collecte des briques à boisson. Si les obstacles en termes d’infrastructure, de technique et de coûts peuvent être surmontés, si le bilan écologique s’améliore et qu’une forte demande de la clientèle est constatée, Migros reverra sa position quant à la mise en place d’une collecte volontaire des briques à boisson.

L'huile de palme est une matière première importante dans l'industrie alimentaire. Elle est utilisée pour la fabrication de produits tels que margarines, sauces, soupes, graisses alimentaires, huiles et graisses de friture, plats cuisinés, produits de boulangeries, chocolats et crèmes glacées. Elle entre également dans la composition de certains cosmétiques et produits de nettoyage. La population d'Asie utilise essentiellement l'huile de palme comme graisse alimentaire, pour rôtir, cuisiner et frire les aliments.

De plus, l'huile de palme est l'une des rares huiles végétales à être déjà solide à température ambiante et de réfrigération (contrairement à l'huile d'olive, l'huile de colza, etc.), ce qui évite d'avoir à l'hydrogéner. C'est un avantage dans la production, car l'hydrogénation partielle entraîne la formation des indésirables acides gras trans. L'huile de palme peut en outre être chauffée à des températures élevées. C'est la raison pour laquelle elle est souvent utilisée dans des produits qui doivent présenter une certaine fermeté. Ce qui permet d'éviter le recours au durcissement artificiel des huiles. Si l'on remplaçait l'huile de palme par d'autres huiles ou graisses végétales, cela n'aurait pas seulement une influence prépondérante sur la consistance des produits, mais également sur leur durée de conservation et leur texture en bouche.

Le rendement de l’huile de palme est 5 à 10 fois supérieur à celui de l’huile de colza ou de coco par exemple, car la culture de cette plante et de ce fruit requiert une surface proportionnellement plus étendue. Le recours à d’autres huiles à titre d’alternative n’est donc pas une solution durable. Des études scientifiques menées par l’EPF et le WWF confirment que le remplacement de l’huile de palme ne protège pas l’environnement. En revanche, l’amélioration des cultures, l’application de normes et des contrôles ont plus d’effets à cet égard.

Cela fait environ 20 ans que Migros s’engage en faveur d’une huile de palme durable avec une détermination et une efficacité dont peu d’autres entreprises peuvent se prévaloir, et joue donc dans ce domaine un rôle pionnier à l’échelle de la planète. Dans le monde entier, seule 20% de la production d’huile de palme est certifiée à ce jour. Dans son industrie alimentaire, Migros n’utilise pratiquement que de l’huile de palme ségrégée et certifiée RSPO (à 99%). Cela signifie notamment que la forêt tropicale n’a pas été coupée pour faire place aux plantations, que les marais à tourbe ont été préservés et qu’aucun pesticide critique n’est utilisé. Ce standard assure la traçabilité de l’huile de palme, au moins jusqu’au moulin. Des audits indépendants vérifient les conditions écologiques et sociales dans les plantations et les moulins, à intervalles réguliers. Dans le cadre du Réseau suisse pour l’huile de palme, Migros s’engage, avec ses fournisseurs, à introduire des critères supplémentaires au standard RSPO. Avec l’ensemble du secteur de l’alimentaire, Migros fait ainsi un signe clair en faveur du développement durable à titre d’élément fondateur.

Nous continuons volontiers à vous aider

Désirez-vous autre chose?