Foire aux questions

Avez-vous des questions concernant un produit ou un autre sujet?

Filtrer les annonces selon le sujet:

Réinitialiser le filtre

48 Résultats pour votre choix:

Produits

Nous sommes de votre avis, à savoir que les prix en Suisse sont, parfois, trop élevés. C'est d'ailleurs pourquoi Migros s'engage aussi pour la résorption de tous les facteurs générateurs d'augmentation du prix superflus et s'engage en faveur de prix équitables et d'offres avantageuses pour les consommatrices et les consommateurs.

Au niveau politique aussi, Migros combat depuis des années les causes des prix suisses supérieurs.

Ces prix supérieurs résultent de la conjonction de différentes raisons. Rien qu'en raison des structures géographiques plus réduites et du coût de la vie supérieur (niveau de salaire élevé !), nous avons de façon générale en Suisse un niveau de prix nettement supérieur à celui de l'étranger, ce qui se manifeste de façon particulièrement flagrante dans le domaine de la santé publique, du prix des loyers ou, aussi, pour les revues et les tarifs publicitaires. Les différences des besoins des consommatrices et des consommateurs contribuent aussi à un niveau de prix élevé. En Suisse, le standard d'aménagement des centres commerciaux et l'exigence de qualité, par exemple, sont très élevés.

Dans le domaine des denrées alimentaires, la protection de l'agriculture suisse, voulu sur le plan politique et parfois massive, entraîne un prix élevé de matières premières et, par conséquent aussi, des coûts d'approvisionnement élevé pour les commerçants détaillants de Suisse. A cela s'ajoute que les standards ont tendance à être plus sévères en Suisse sur le plan de l'élevage animal et de la protection de l'environnement. Diverses réglementations particulières à la Suisse, par exemple pour l'obligation de marquage des produits, renchérissent les prix d'achat des biens d'importation. Les coûts d'approvisionnement en marchandises pour les importations sont, en Suisse, aussi nettement supérieurs à la moyenne de nos pays voisins.

Pour les articles de marque de fabricants internationaux, les prix exagérés s'expliquent fréquemment aussi par la structure de distribution. Migros est contrainte d'acheter de tels produits auprès de ses filiales en Suisse. Celles-ci sont parfaitement conscientes du plus grand pouvoir d'achat en Suisse et, par conséquent, fixent les prix d'achat à un niveau plus élevé.

Migros a préconisé que l'introduction du principe du Cassis de Dijon et l'autorisation des importations parallèles deviennent possibles. Ces deux mesures sont efficaces dans la lutte contre l'îlot de cherté qu'est la Suisse. Mettre tout cela en œuvre n'est toutefois pas très simple et demande du temps. Une chose est claire, à savoir que Migros répercute sur ses clientes et ses clients toutes les économies que cela rend possibles.

Le numéro de lot et le numéro de charge sont identiques. Ce numéro nous permet de savoir exactement à quel moment le produit a été fabriqué et si des problèmes de production ont été constatés à ce moment-là. Le numéro de lot ou de charge figure généralement à côté de la date de péremption. Il commence en principe par la lettre L ou se compose d'un mélange de chiffres et de lettres.
A l'aide de ces données, nous pouvons faire des analyses et déterminer l'origine du défaut d'un produit afin d'éviter que celui-ci ne se répète.

Dans les magasins Migros les plus importants, ce nombre varie entre 35’000 et 40’000 articles. Ils sont proposés sous différentes présentations, dimensions, couleurs, etc., ce qui donne environ 325’000 positions d’article. Dans les petits magasins, nous proposons jusqu'à 1’ 000 articles.

C'est dans les grands magasins MMM Migros que vous trouverez le plus grand choix.

L'identification d’article (GTIN) et le code-barres EAN ne permettent pas de tirer des conclusions au sujet du pays d'origine, il s'agit en l'occurrence uniquement d'un système pour la numérotation des articles. Le règlement suisse sur les denrées alimentaires prescrit exactement la déclaration des produits, mais la déclaration du pays d'origine ne s'effectue pas par le biais du code-barres.

Le code de pays ou préfixe GS1 ne fait que signaler que le numéro GTIN (deux premiers chiffres) a été délivré par une organisation nationale GS1 correspondante. Il n'est pas possible d'établir l'origine d'un produit par le biais de ce code de pays.

Déclaration de l’article
L’origine de nos produits est normalement indiquée à part sur nos articles. En déclarant systématiquement l’origine, nous souhaitons informer nos clients de façon aussi transparente que possible sur l’origine des produits et leur permettre ainsi de choisir. Pour certains produits, ce n’est cependant pas le pays d’origine qui est mentionné, mais seulement l’indication «Etranger». Il s’agit le plus souvent de produits dont l’origine change rapidement.

Nous proposons à nos clientes et clients des produits de qualité à des prix avantageux, notamment avec la ligne M-Budget. Pour maintenir ce niveau de prix, nous nous limitons à l’offre choisie. Nous renonçons à la production supplémentaire d'emballages échantillons, car ceci générerait des coûts généraux supérieurs.

Lors de l’introduction de nouveaux produits, des échantillons sont fabriqués exclusivement de façon ponctuelle, et en quantité limitée. Ces échantillons sont ensuite distribués à la clientèle dans nos magasins.

Pour cette raison, par égard envers nos autres clientes et clients, nous ne pouvons malheureusement pas non plus distribuer d’échantillons ni d’articles gratuits à des particuliers ou à des groupes.

Des expressions en langue étrangère sont reprises depuis des siècles par tous les peuples, souvent même inconsciemment. Beaucoup de mots « français » sont en réalité d’origine étrangère.

La tendance à utiliser des expressions anglaises s’impose toujours plus. Elle est encore renforcée par l’informatisation.

La publicité est confrontée au défi de proposer des messages publicitaires concis et précis. Pour cette raison, la langue anglaise est souvent utilisée.

Migros s’est donc déclarée prête à un compromis. En tant que signes distinctifs, les noms de produits, les slogans, etc. peuvent/doivent être en anglais, et non pas en « suisse », si aucun autre mot aisément compréhensible dans toutes les régions du pays n’est trouvé.

Mais la déclaration du produit prescrite par la loi figure dans les trois langues.

Migros ne se compose pas d’une centrale et d’un réseau de magasins qui en dépendent. Les dix coopératives régionales sont largement autonomes, et la Fédération des coopératives Migros fonctionne comme centre de service et de coordination, par exemple pour les achats centralisés, le marketing, la logistique et les finances.

Habituellement, les produits couvrant les besoins quotidiens sont proposés dans toutes les coopératives. Pour tenir compte des différences régionales, il existe aussi des éléments d’assortiment qui ne sont proposés que dans certaines coopératives.

De plus, les différentes coopératives achètent de façon autonome des produits régionaux, en particulier des fruits, légumes, produits laitiers. Dans ce cas, elles fixent aussi elles-mêmes les prix si bien qu’ils peuvent varier d’une coopérative à l’autre.

Migros vend ses produits exclusivement dans ses magasins de Suisse ainsi que dans certaines régions limitrophes françaises (Etrembières, Val Thoiry et Neydens).

Ces magasins distribuent un assortiment partiel dans le domaine Food ainsi que des produits locaux. Les articles Food qui sont en vente dans ses magasins à l’étranger arborent la signalisation:

Vertrieb / Distribution / Distribuzione:
Fédération des coopératives Migros, CH-8031 Zurich
MIGROS France S.A., F-74100 Etrembières
MIGROS Deutschland GmbH, D-79539 Lörrach

En Allemagne, nous exploitons une boutique en ligne sur le site Web www.migros-shop.de. Elle nous permet de traiter les commandes d’articles Food sur le territoire de l‘Allemagne et de l’Autriche. L’expédition est assurée par DHL.

LeShop.ch ne se charge que des livraisons à l’intérieur de la Suisse. Une expansion dans d’autres pays n’est pas prévue.

Les boutiques en ligne de nos marchés spécialisés (melectronics, Micasa, SportXX et Do it + Garden) ne livrent que dans les cantons suisses. Il n’est pas possible de passer commande depuis l’étranger pour l’assortiment des magasins spécialisés. Nous ne pouvons pas déroger à cette règle. Dans ce cas-là non plus, aucune expansion dans d’autres pays n’est projetée.

Magasins spécialisés et shops online

Migros veut proposer à ses clientes et clients des produits de grande qualité pour le meilleur rapport prix-qualité possible et, à cette fin, s’appuie sur son dense réseau de magasins en Suisse ainsi qu’à l’étranger, à proximité de Genève.

Nous n’expédions pas de marchandises, que ce soit en Suisse ou à l’étranger. La vente par correspondance selon les méthodes traditionnelles exige une infrastructure dont les coûts se répercutent sur les prix de tous les canaux de distribution. C’est la raison pour laquelle Migros ne s’est jamais engagée dans la vente par correspondance et a, jusqu’à ce jour, toujours vendu ses produits exclusivement dans ses magasins.

Online shopping:
Il y a toute fois une exception à cette règle: nos boutiques en ligne (LeShop, Micasa, SportXX, melectronics et Do it + Garden); dans celles-ci, vous pouvez faire vos achats 24 heures sur 24 d’un simple clic de souris et votre commande vous est livrée chez vous à domicile.

Toutes les boutiques en ligne de Migros

L’ordonnance fédérale sur les denrées alimentaires nous prescrit d’indiquer le pays de production sur le produit. Est considéré comme pays de production le pays dans lequel se déroule la plus grande partie de la chaîne de la valeur ajoutée (transformation / affinage) ou dans lequel lui sont conférées ses caractéristiques.

Par exemple, si de la viande étrangère est utilisée dans un produit, il faut la déclarer dans la composition. Dans la publicité, l’indication du pays d’origine n’est pas prescrite par la loi.

Nous nous efforçons cependant d’informer nos clients de façon aussi transparente que possible également dans nos publicités.

Ces dernières années, nous avons régulièrement reçu des questions d’étudiants et d’élèves sur le thème "M-Budget". Comme ces questions se répètent dans leur demande, nous les avons rassemblées dans un catalogue de questions.
Nous serions heureux que vous trouviez les réponses à vos questions dans le catalogue de questions.

Vers le catalogue de questions

L’institut d’études de marché indépendant LP Marktforschung SA adopte le point de vue des clients et garantit que les produits sont comparables sous l’angle de la qualité et des quantités.

Notre scénario prend pour point de départ des produits que les clients ont effectivement achetés chez Migros.

La question décisive est alors la suivante: combien un client devrait payer s’il devait acheter le même panier d’articles chez Coop?

Notre comparaison ne se fait pas sur des produits isolés, mais prend en compte le point de vue du client. En effet, pour le client la question déterminante est de savoir dans quel commerce de détail il lui reste le plus d'argent dans son portemonnaie après ses achats.

Les 5'000 produits qui ont été achetés le plus fréquemment par nos clients en une année ont été comparés.
Pour ces articles, il doit aussi exister un produit correspondant chez Coop.

L’entreprise LP Marktforschung SA est un institut d’études de marché 100% indépendant qui offre les prestations les plus diverses depuis 1994.
LP Marktforschung a réalisé cette enquête sur une base de mandat et n’a pas le moindre lien de dépendance avec Migros.

Seul en de rares exceptions, les marques propres de Migros ont également été comparées à des articles de marques.

Parce qu’il existe des marques propres de Migros qui, selon la perception des clients, sont de même valeur que des articles de marque.


«Total», par exemple, est le détergent le plus apprécié de Suisse et peut, pour cette raison, tout à fait être comparé avec «Omo».
«Mifloc», les flocons de purée de pommes de terre de Migros, peuvent être parfaitement comparés avec l’article de marque «Stocki».

Mais il existe aussi des exemples où des articles de marque chez Migros ont été comparés avec des marques propres de Coop.


 

La question de savoir si un article est comparable ou non est définie et contrôlée par l’institut d’études de marché indépendant abstraction faite de la question de savoir si oui ou non l’article de la concurrence est meilleur marché que l’article de Migros.

Fondamentalement, on procède à la définition d’un article comparable en adoptant le point de vue du client.

On compare des prix effectivement payés.
Cela signifie que les articles en promotion ont été pris en compte tant chez Migros que chez Coop.

Les articles en promotion revêtent une grande importance dans le comportement d’achat des clients sur le marché suisse.
Du point de vue du client, il semble tout à fait logique de prendre aussi en compte, pour les achats effectivement réalisés, les articles en promotion tant chez Migros que chez Coop.

Lorsqu’il y a des emballages de différentes tailles, la quantité de l’article de Migros est prise pour base et les prix de Coop sont convertis en conséquence.

Les tailles à comparer sont déterminées du point de vue du client.

Ainsi, p.ex., pour les détergents, on tient compte du nombre de lessives, alors que pour les sauces et les soupes, on ne prend pas en compte la quantité du concentré, mais la quantité de soupe/sauce que donne un sachet en tant que taille de comparaison.

L’analyse des achats repose uniquement et exclusivement sur les tickets de caisse, qui ne sont en aucune manière mis en relation avec des clients individuels.
Cumulus ne joue aucun rôle dans cette enquête.

Pour cette enquête, Coop a été pris comme référence parce qu’elle offre également un assortiment complet.

Pour les produits de consommation courante, il s'agit de plus de 5'000 articles qui couvrent plus de 2/3 du volume du chiffre d‘affaires.

En tant que grand distributeur, Migros doit prendre en considération les attentes les plus variées de ses clients dans le choix de ses offres.

Il est vrai que le nombre des ménages d'une ou deux personnes augmente, en particulier dans les agglomérations urbaines. Nous essayons de tenir compte de cette tendance autant que possible en proposant déjà des portions plus petites pour de nombreux articles, par exemple les conserves (haricots, pois, tranches d’ananas, rösti, etc.), le fromage (diverses portions uniques), la viande et la charcuterie. Mais il faut tenir compte du fait que la part de l’emballage et des frais de fabrication ne sont souvent guère inférieurs que pour les portions usuelles.

Offre et demande
Les petites portions sont donc proportionnellement plus chères, ce qui fait que beaucoup de consommateurs continuent de préférer les tailles d’emballage habituelles. Parce que les petits emballages sont encore proposés comme une offre supplémentaire et que la place sur nos rayons est limitée, l’offre varie en fonction de la demande.

L’offre augmente en permanence
L’offre sans cesse croissante de fruits et légumes en libre service, la vente au détail de viande, de pain, de pâtisserie, de fromage et de plus en plus de plats cuisinés répond aux besoins des petits ménages.

Savoir si un produit peut encore être consommé après la date limite de conservation dépend du fait que la date indiquée correspond à une date limite de consommation ("à consommer jusqu’au…") ou à une date de durée de conservation minimale ("à consommer de préférence avant…").

La date limite de consommation figure sur des produits qui doivent être vendus à l’état réfrigéré conformément à l’ordonnance sur l‘hygiène. Il s’agit de la date jusqu’à laquelle l’aliment doit être consommé. La date limite de consommation sert à protéger la santé des consommateurs. Une fois la date limite de consommation dépassée, des modifications susceptibles de présenter un risque pour la santé se produisent plus ou moins rapidement selon le produit. Il est donc déconseillé de consommer de tels produits dès que la date limite de consommation est dépassée.

La date de durée de conservation minimale est à prendre comme une recommandation, son respect permet de garantir une qualité optimale. Si ces produits sont conservés plus longtemps, il faut s’attendre à une diminution de leur qualité.

Du point de vue sanitaire, la consommation de tels aliments ne présente généralement aucun risque, même après la date limite de consommation. Le temps – jours, semaines, mois – durant lequel un produit peut encore être consommé après la date limite de consommation dépend de la nature de l’article; on ne peut donc pas donner de recommandation générale. En cas de doute, il vaut mieux jeter le produit.

Avec plus de 100’000 employés, Migros est le plus grand employeur de Suisse. Pour cette raison, nous sommes conscients de notre responsabilité et nous nous efforçons d’établir des partenariats à tous les niveaux.

Pour satisfaire aux demandes de nos clients, nous proposons une grande diversité de produits d’origine suisse et étrangère. Dans un magasin Migros, près de 70% des denrées alimentaires proviennent de Suisse; dans le domaine des produits frais (viande, produits laitiers, etc.), on atteint même 80% ou plus. La déclaration d’origine pratiquée de façon systématique par Migros permet aux clients de s’informer et de choisir. La clientèle de Migros peut ainsi se décider en faveur d’un produit sur la base de critères personnels et éthiques ou en fonction de ses goûts ou de ses possibilités financières.

Si Migros s’en tenait à des considérations strictement commerciales, les importations augmenteraient souvent, par exemple dans le cas des produits frais.

Migros est le principal partenaire de l’agriculture suisse. Elle la soutient dans toute la mesure du possible. Une part considérable de l’assortiment frais provient ainsi de producteurs suisses. Nous devons naturellement tenir compte des conditions du marché, car le rapport qualité-prix reste déterminant pour nos consommateurs.

Il en va autrement pour des assortiments comme les vêtements ou les articles d’usage courant. Beaucoup de ces produits ne sont pas fabriqués en Suisse ou alors à des prix qui ne sont pas compatibles avec notre politique des prix.

Le lait M-Budget ainsi que les yogourts M-Budget sont fabriqués par notre fournisseur Estavayer Lait SA à partir de lait à 100% suisse. Dans le cas de notre ligne M-Classic, il s'agit également d'un lait à 100% suisse. Ces yogourts sont également fabriqués par ELSA.

A en croire certaines rumeurs, le numéro indiquerait à combien de reprises le lait a de nouveau été pasteurisé. Or ces rumeurs n'ont aucun fondement. Le numéro révèle uniquement les réglages faits sur l'installation de conditionnement.

Le thème du blockfacing (réaction critique face au regroupement sur un seul et même rayon de tous les produits avec ou sans indication des allergènes) est une question récurrente.

A ce sujet, nous pouvons prendre position comme suit :

Migros est organisée en coopératives. Cela signifie que les produits ne sont pas tous disponibles dans la même ampleur dans toutes les régions de Suisse. En raison des différences de l'assortiment, la distribution/gestion d'un «rayon spécial» deviendrait de ce fait extrêmement complexe.

Nos produits arborant le label Migros aha! sont optimisés quant à la présence de différents ingrédients qui déclenchent des allergies : non seulement sans gluten, mais également, en fonction de l'allergie concernée, sans lactose, sans lait, sans oeuf, etc.. Ils sont soit réfrigérés, soit non maintenus au frais, soit surgelés, ce qui rend extrêmement difficile de tout regrouper sur un seul et même rayon.

Nous distribuons des produits avec une présentation de produit aha! complète (logo aha!, «traînée» jaune verticale avec indications d’ingrédients déclenchant des intolérances), mais aussi certains qui sont certifiés aha! et arborent le label aha!, mais sont vendus sous une autre marque ombrelle (dans le cadre de ce qu'on appelle un co-branding). Sur le plan organoleptique, ces articles ne se distinguent pas de produits spéciaux et sont également achetés par des clientes et clients qui ne souffrent pas d'intolérances.

Des exemples classiques de tels articles de co-branding aha! sont nos deux Farmer sans gluten (cornflakes et myrtilles/mûres), le jambon Rapelli sans lactose, les Bio Cornflakes sans gluten, le Bio müesli aux fruits ainsi que quelques produits laitiers sans lactose. Ces articles sont placés sur le rayon avec les offres normales. Les clientes et clients ne souffrant pas d'une intolérance recherchent ces produits à leur emplacement habituel et non dans l'offre pour personnes souffrant d'une allergie. Pour prévenir les réactions critiques, il faudrait donc placer certains produits à deux endroits différents (dans le rayon spécial et avec les produits conventionnels); or il n'y a pas suffisamment de place pour cela dans les magasins. Nous veillons cependant, dans le cadre d'une catégorie de produits, à regrouper tous les produits aha! sur le même rayon.

Lorsque vous n'êtes pas satisfait d'un produit, nous vous prions de vous adresser au service clients de votre magasin Migros (ou au gérant dans les petits magasins). Le personnel de vente s'occupera volontiers de votre plainte. La marchandise sera examinée et échangée, le cas échéant.

Nous continuons volontiers à vous aider

Désirez-vous autre chose?